bodrum escort
implant
antalya escort bayan
huluhub.com
beylikduzu escort sirinevler escort beylikduzu escort
anal porno zdarma hot sexy black girls xxx old man and girl
sikis

Projet Vaccin contre la Méningite

Les campagnes de vaccination de polysaccharide réactives en 2009 au Niger et au Nigeria ont ciblé 7 millions de personnes et ont coûté environ US$ 15 millions. Parce que l'immunité ne dure que deux ou trois ans, les pays se retrouvent rapidement avoir à répéter la vaccination.

Up Jusqu’à récemment, la détection précoce de la méningite et l’urgence, les campagnes de vaccination de masse réactives ciblant les populations à risque avec des vaccins polysaccharides étaient les seuls moyens pour lutter contre les épidémies de méningite. Ces interventions n’offrent pas de protection à long terme aux personnes à risque, elles sont chères, et épuisent les maigres ressources d’un système de santé publique déjà débordé.

En 2001, la fondation Bill & Melinda Gates a financé un partenariat entre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et PATH pour créer le Projet Vaccin contre la Méningite (MVP) avec pour objectif d’éliminer les épidémies méningococciques A de l’Afrique. En 2009 déjà, le MVP a développé et autorisé un nouvel outil de lutte contre ces épidémies; un nouvel vaccin antiméningococcique conjugué A (PsA–TT/MACV; MenAfriVac™ Serum Institute of India, Ltd). PsA–TT a été pré-qualifié par l‘OMS en Juin 2010 et introduit pour la première fois au Burkina Faso, au Mali et au Niger lors des campagnes de vaccination de masse aux personnes entre 1 et 29 d’âge en Décembre 2010. En 2015, plus de 217 million d’Africains éligibles dans 15 pays ont été vaccinées. La maladie méningococcique à sérogroupe A et le portage ont été immédiatement et substantiellement touchés par l’introduction de ce nouveau vaccin.1-5 Des données supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’efficacité à long terme du PsA–TT dans toute la ceinture de la méningite et guider les décisions politiques de vaccination, y compris si la vaccination est nécessaire, les groupes d’âge qui doivent être ciblés et à quels intervalles, et si les vaccins qui offrent une protection plus vaste à travers les sérogroupes devraient être développés pour prévenir l’émergence de nouveaux sérogroupes épidémiques.

Un numéro supplémentaire Clinical Infectious Diseases » publié en Novembre 2015, « The Meningitis Vaccine Project: The Development, Licensure, Introduction, and Impact of a New Group A Meningococcal Conjugate Vaccine for Africa » résume les données d’impact disponibles.

Références

1. Diomande FV, Djingarey MH, Daugla DM, et al. Public health impact after the introduction of PsA-TT: The first 4 years. Clin Infect Dis. 2015;61 Suppl 5: S467–72.

2. Kristiansen PA, Diomande FV, Ba AK, et al. Impact of the serogroup A meningococcal conjugate vaccine, MenAfriVac, on carriage and herd immunity. Clin Infect Dis. 2013;56: 354–63.

3. Novak RT, Kambou JL, Diomande FV, et al. Serogroup A meningococcal conjugate vaccination in Burkina Faso: Analysis of national surveillance data. Lancet Infect Dis. 2012;12:757–64.

4. Sow SO, Okoko BJ, Diallo A, et al. Immunogenicity and safety of a meningococcal A conjugate vaccine in africans. N Engl J Med. 2011;364:2293–304.

5. Djingarey MH, Diomande FV, et al. Introduction and rollout of a new group A meningococcal conjugate vaccine (PsA-TT) in African meningitis belt countries, 2010-2014. Clin Infect Dis. 2015;61 Suppl 5:S434–41.