Projet Vaccin contre la Méningite

Les campagnes de vaccination de polysaccharide réactives en 2009 au Niger et au Nigeria ont ciblé 7 millions de personnes et ont coûté environ US$ 15 millions. Parce que l'immunité ne dure que deux ou trois ans, les pays se retrouvent rapidement avoir à répéter la vaccination.

Up Jusqu’à récemment, la détection précoce de la méningite et l’urgence, les campagnes de vaccination de masse réactives ciblant les populations à risque avec des vaccins polysaccharides étaient les seuls moyens pour lutter contre les épidémies de méningite. Ces interventions n’offrent pas de protection à long terme aux personnes à risque, elles sont chères, et épuisent les maigres ressources d’un système de santé publique déjà débordé.

En 2001, la fondation Bill & Melinda Gates a financé un partenariat entre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et PATH pour créer le Projet Vaccin contre la Méningite (MVP) avec pour objectif d’éliminer les épidémies méningococciques A de l’Afrique. En 2009 déjà, le MVP a développé et autorisé un nouvel outil de lutte contre ces épidémies; un nouvel vaccin antiméningococcique conjugué A (PsA–TT/MACV; MenAfriVac™ Serum Institute of India, Ltd). PsA–TT a été pré-qualifié par l‘OMS en Juin 2010 et introduit pour la première fois au Burkina Faso, au Mali et au Niger lors des campagnes de vaccination de masse aux personnes entre 1 et 29 d’âge en Décembre 2010. En 2015, plus de 217 million d’Africains éligibles dans 15 pays ont été vaccinées. La maladie méningococcique à sérogroupe A et le portage ont été immédiatement et substantiellement touchés par l’introduction de ce nouveau vaccin.1-5 Des données supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’efficacité à long terme du PsA–TT dans toute la ceinture de la méningite et guider les décisions politiques de vaccination, y compris si la vaccination est nécessaire, les groupes d’âge qui doivent être ciblés et à quels intervalles, et si les vaccins qui offrent une protection plus vaste à travers les sérogroupes devraient être développés pour prévenir l’émergence de nouveaux sérogroupes épidémiques.

Un numéro supplémentaire Clinical Infectious Diseases » publié en Novembre 2015, « The Meningitis Vaccine Project: The Development, Licensure, Introduction, and Impact of a New Group A Meningococcal Conjugate Vaccine for Africa » résume les données d’impact disponibles.

Références

1. Diomande FV, Djingarey MH, Daugla DM, et al. Public health impact after the introduction of PsA-TT: The first 4 years. Clin Infect Dis. 2015;61 Suppl 5: S467–72.

2. Kristiansen PA, Diomande FV, Ba AK, et al. Impact of the serogroup A meningococcal conjugate vaccine, MenAfriVac, on carriage and herd immunity. Clin Infect Dis. 2013;56: 354–63.

3. Novak RT, Kambou JL, Diomande FV, et al. Serogroup A meningococcal conjugate vaccination in Burkina Faso: Analysis of national surveillance data. Lancet Infect Dis. 2012;12:757–64.

4. Sow SO, Okoko BJ, Diallo A, et al. Immunogenicity and safety of a meningococcal A conjugate vaccine in africans. N Engl J Med. 2011;364:2293–304.

5. Djingarey MH, Diomande FV, et al. Introduction and rollout of a new group A meningococcal conjugate vaccine (PsA-TT) in African meningitis belt countries, 2010-2014. Clin Infect Dis. 2015;61 Suppl 5:S434–41.