Impact des Epidémies de Méningite en Afrique

La maladie méningococcique a des effets de santé et économiques d’une grande portée sur les individus, les familles et le système de santé.

Au cours de l’épidémie de méningite de 2007 au Burkina Faso, une étude a montré que chaque cas de méningite dans une famille a donné lieu à une dépense soudaine d’environ 90 USD, un montant qui est trois ou quatre mois de revenue disponible d’une famille moyenne.1 Il en est résulté des familles avec peu de ressources rétrogradées dans leur niveau de pauvreté. De plus, environ un sur chaque quatre survivants a un handicap à long terme, tel que la surdité, les laissant moins de chances d’être des citoyens économiquement productifs, devenant souvent des pupilles d’une famille élargie déjà dans des problèmes financiers.

Les épidémies de méningite créent le chaos dans les systèmes de santé. Par exemple, de 1999 à 2003, le Burkina Faso, le Tchad, l’Ethiopie, le Mali, le Niger, les neuf Etats du nord du Nigeria, et le Soudan ont acheté plus de 109 million de doses de vaccin antiméningococcique polysaccharide bivalent A/C pour des campagnes de vaccinations réactives, suffisamment pour vacciner la moitié de leur population à risque. La plupart des campagnes de vaccination réactives, comme celles-ci, sont souvent faites tard et se déroulent après que la vague épidémique soit déjà passée. Ces campagnes ont peu ou pas d’impact et sont un fardeau financier sur les systèmes de santé et les économies des pays de la ceinture de la méningite.

En 2010, le Burkina Faso a été le premier pays à vacciner toute sa population de 1 à 29 ans d’âge avec le vaccin antiméningococcique conjugué A (PsA¬¬–TT/MACV; MenAfriVac™ Serum Institute of India, Ltd). Les chercheurs ont trouvé qu’au Burkina Faso, entre 2010 et 2014, les coûts totaux associés à la campagne de vaccination préventive en 2010 étaient similaires aux coûts estimés de l’utilisation d’une stratégie de vaccination réactive. En plus, entre 2015 et 2035, les programmes de vaccination de routine PsA–TT (stratégie préventive) sont économiques comparés à la stratégie de vaccination réactive. En définitive, les chercheurs estiment que chaque dollar investi dans la stratégie préventive permettra d’économiser 1.3 USD supplémentaire sur la stratégie de vaccination réactive, jusqu’à 32.2 million USD seront économisés de 2015 à 2035.2 .2

1 Colombini A, Bationo F, Zongo S, et al. Costs for households and community perception of meningitis epidemics in Burkina Faso. Clin Infect Dis. 2009;49(10):1520-5.

2 Columbini A, Trotter C, Madrid Y, et al. Costs of Neisseria meningitidis Group A disease and economic impact of vaccination in Burkina Faso. Clin Infect Dis. 2015;61(supple5):S473-82.